Encore des radars ! (comme s’il en manquait…)

J’ai appris très récemment que, faute de trouver un modèle à homologuer rapidement, notre cher (très, très cher…) gouvernement a trouvé une alternative afin de disposer de « radars de chantiers ».

Ils viennent de chez nos voisins teutons (amateurs de lourdes et rapides berlines, dotés d’autoroutes rapides). Appareils mobiles multirôles et très versatiles, ils sont capables de surveiller plusieurs files à la fois tout en distinguant les différents types de véhicules et ce dans les deux sens de circulation.  C’est rassurant de savoir que le must de la technologie allemande se met au service de la « Sécurité Routière ».

Ceci étant dit, il y a quand même un détail non négligeable : chacun de ces nouveaux radars coute la bagatelle de 11 années de SMIC brut.

Oui, vous avez bien lu, l’Etat français dépense pour UN SEUL radar de quoi financer le salaire brut d’un ouvrier non qualifié pendant ONZE ans. Comme c’est une brassée de 20 qui va être achetée, ça nous fait 220 années de SMIC qui vont partir dans l’achat de ces instruments de flicage absolu. Vu le tarif unitaire, on peut se douter que les couts de maintenance seront à l’échelle de l’investissement initial. Ca fera toujours plaisir aux demandeurs d’emploi de l’apprendre, eux qui ont au mieux 2 ans d’indemnisation avant de passer au régime sec…

Messieurs Doppler et Fizeau doivent se retourner dans leur tombe d’écoeurement.

 

radars nouveaux 1         radars nouveaux 2


Archive pour mai, 2015

Obligation du gilet réfléchissant pour les motards – Stupidité et mauvaise foi

Qui réfléchit vraiment ?

La dernière trouvaille en matière de sécurité routière pour les deux roues : la détention d’un gilet haute visibilité, et son usage en cas d’arrêt d’urgence, deviendra obligatoire à moto et scooter à partir du 1er janvier 2016. Pas commode à mettre en place, les capacités d’emport des 2 roues étant souvent extrêmement limitées, et l’intérêt de la mesure pas du tout démontré. Mais pourtant, ce sera appliqué. Le ministre de l’intérieur justifierait l’application de celle-ci par un désir d’équité entre conducteurs.

Voilà en quelque sorte l’inintelligence en action. Faut-il être in.con.pétent pour faire une telle déclaration ! Va-t-il penser à contraindre les 2 roues au port de la ceinture, et les automobilistes au port du casque ? L’équité entre deux roues et voitures est une impossibilité par nature.  Il faut profondément méconnaitre le sujet pour faire une déclaration aussi stupide. Ignorance aussi pour pondre une mesure pareille (ce qui n’étonnera personne, c’est devenu un habitude), parfaitement inutile puisque le nombre de blessés à moto dans ces circonstances précises est extrêmement faible. Dans cette affaire, vraiment, le seul à réfléchir, c’est le fameux gilet !

Comme toujours, on s’attaque à des points aux effets particulièrement mineurs, ce qui a pour effet de faire l’impasse sur les points cruciaux. C’est à se demander qu’est-ce qui motive réellement la mise en place d’inventions pareilles. C’est donc une « andouillerie » de plus dans ce domaine (elles ne manquent pas), comme celle qui consiste à imposer un contrôle technique aux 2 roues, alors que les défectuosités techniques concernent moins de 1% des accidents les impliquant. Quel intérêt alors ? On se demande… Un peu plus de coercition, avec quelques recettes fiscales supplémentaires, n’en doutons pas.

Il est triste de constater que la FFMC, encore une fois, tient une position ménageant la chèvre et le chou, déclarant à la fois que cette nouvelle disposition ne sert en rien la sécurité des usagers mais qu’un motard arrêté pour mettre son gilet pourrait ce faisant se mettre en danger.  Faudrait savoir !

Bon, il existe suffisamment de moyens de se débarrasser de cette connerie en tube ; déjà, il faudra définir sur place avec le pandore de service ce qu’est un « arrêt d’urgence » à moto. Si je suis simplement arrêté pour satisfaire mon envie de contemplation ou une envie pressante, on ne peut pas dire qu’il y ait véritablement urgence… Néanmoins, à défaut de pouvoir produire l’objet en question, la prune sera bel et bien servie.

 

PS : à propos « d’équité entre conducteurs », moi je veux bien rouler avec une moto de plus de 200 ch (oui, je sais, ça fait 147 kw…), qu’elle soit ancienne ou récente !

Loi Renseignement – 486 députés félons

Oui, j’ose le dire. Les 486 députés qui ont voté « pour » cette loi infâme, indigne et clairement anti-démocratique sont des idiots doublés de traitres.

Idiots, je suis encore gentil en disant cela. Etaient-ils simplement des « idiots », ceux qui ont laissé Pétain prendre les pires décisions quand il a fallu faire face au nazisme ? Certes non. Ce sont à double titre des imbéciles, parce qu’ils auront donné le bâton pour se faire battre ; eux aussi, un jour, auront à découdre avec les effets de cette loi scélérate, n’en doutons pas. Il sera temps alors de leur rappeler le stupide choix qu’ils viennent de faire.

Traitres, oui, quand ils oublient qu’ils sont les serviteurs de la Nation, de la société civile, en somme de l’ensemble des citoyens. Ils se sont donc opposés aux diverses alertes qui leur ont été pourtant vivement communiqués. Malgré les arguments en faveur de la défense de la vie privée, des droits fondamentaux de l’individu, de nos acquis constitutionnels, contre les abus de la politique répressive, contre l’aveuglement et la soumission causés par la – supposée – lutte contre le terrorisme, ils ont choisi de faire passer une loi qui pourrit nos institutions. Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient. Et il s’agit bien d’un acte parfaitement déloyal envers la population dont ces gens sont normalement les ministres (en latin : ceux qui servent, qui sont au service de).

Un exemple de la situation absurde dans laquelle nous nous trouvons, c’est que Valls est allé jusqu’à dénoncer tous les mouvements de citoyens qui marquaient leur opposition à ce texte délétère ; en quelque sorte, le citoyen ne devrait pas se mêler de la gouvernance qu’on choisit à sa place…. Edifiant. En passant, Valls sera donc bien à désigner comme l’ennemi n° 1 de la liberté et de la souveraineté. Il faudra savoir s’en souvenir.

Hélas, il est à prévoir que les sénateurs ne se distingueront guère. Le combat n’est pas fini mais il est terrible, tant par les efforts à déployer que par son enjeu. Pour ce faire, un minimum est de manifester son opposition. Signature de la pétition en copiant ou en cliquant sur ce lien :  https://www.change.org/p/retirez-le-pjlrenseignement-le-big-brother-fran%C3%A7ais-stoploirenseignement

Le législateur a été bien violent depuis les années 2000. Sauvons ce qui reste à sauver.

Loi Renseignement : légalisation de pratiques bafouant les Droits de l’Homme

sécurité et liberté - sécurité contre liberté

sécurité et liberté – sécurité contre liberté

La loi « renseignement » proposée en ces jours est un pensum volumineux. C’est toujours intéressant de rendre un texte de loi rébarbatif. Ca permet de faire passer la pilule amère plus aisément, et de rendre plus difficile la lecture et l’analyse de ladite loi au vulgus pecum. C’est ainsi que l’inacceptable devient légal.

Objectivement, ce que cette loi prévoit, c’est l’observation, l’écoute, le stockage – aléatoires et systématiques – du trafic Internet et des données créées et détenues par toute la population. Ceci sans distinction aucune, ce qui s’entend entreprises, associations, et toutes autres formes de structures comprises. Aucune borne légale n’est d’ailleurs fixée tant en termes d’étendue des données observées que de durée des procédures d’espionnage. C’est « carte blanche » pour les services de renseignements français. Pensez-y bien lorsque vous téléphonez, lorsque vous écrivez, lorsque vous faites des recherches sur Internet, lorsque vous parcourez un site, ou même – et surtout – si vous tombez par erreur ou hasard sur un site non désiré (pornographie, pédophile, incitation à la haine, matériel militaire ou paramilitaire, etc..). Parce que tout cela sera stocké,  soupesé, évalué, et on en tirera des conclusions sur vous.

La présomption d’innocence est désormais abolie, puisque vous êtes dorénavant observés AU CAS OU vous seriez susceptible d’avoir un rapport éventuel avec une activité supposée en rapport – ou non – avec une volonté de terrorisme. C’est de l’enquête préventive, comme dans certains films de science-fiction, notamment celui avec Tom Cruise (vous voyez lequel je veux dire). Donc nous sommes tous présumés coupables.

Les porteurs de cette loi nous ont fait la démonstration que la loi est bonne quand elle permet la surveillance, l’observation, et le stockage de TOUTES les informations lues, écrites et détenues par la population, et ce SANS limitation de durée. Ah ? Oui, au prétexte « qu’enfin » on « encadrerait » les activités des services d’espionnage. Ah bon ? Non seulement ces services ont toujours fonctionné de manière illégale, voire occulte, et en bonne proportion avec des caisses noires. Aujourd’hui, en définitive on adapte la loi à leurs pratiques de toujours !

Ca doit être une manie gouvernementale, ça : l’amnistie systématique. Rappelez-vous le début des années 1990 : les élus (parlementaires, élus locaux et régionaux) sont pris la main dans le sac (financements occultes, dessous de table, pots-de-vin, etc..) dans le cadre de l’alimentation des budgets de leurs partis politiques. A cette occasion, les députés et sénateurs s’auto-amnistient et inventent la notion de « responsables-pas coupables ». Maintenant, c’est au tour des services de renseignement de bénéficier sans détour d’une amnistie sur leurs activités passées, et même plus : un blanc-seing pour le présent et l’avenir.

Comment peut-on accepter cette destruction systématique de la vie privée, alors même que cette loi ne fixe AUCUNE LIMITE effective aux durées des procédures de surveillance, et que cette surveillance prend une dimension généralisée et systématique. Est-on à ce point obnubilés par la « sécurité » ? Sécurité de qui, au fait ? Parce que les vols de véhicules, les pratiques illégales au travail, les agressions dans la rue ou dans les transports, les cambriolages, tout ce qui fait l’insécurité quotidienne ne seront pas – ou si peu – impactés par ces dispositions. D’autre part, une question fondamentale doit rester posée : la fin justifie-t-elle les moyens ? Au vu de ce qui se passe depuis ce nouveau millénaire, on peut que penser pour le législateur la réponse est évidente.

Le pire peut-être, c’est qu’on ne peut décidément plus se fier à personne : ce sont des gens de gauche qui mettent en place ce système de surveillance omnipotente. Une « NSA » interne ! Orwell s’en retournerait dans sa tombe…

Solmiac management |
Auriane & Pierre-Emmanuel |
Carnet de bord |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Leepbmvtevdid
| Vivi67150
| Warlikeobjectio0